• Des Fleurs pour Pina

    Des fleurs pour Pina de Jocelyne Montpetit (2012)
    Sur la photo : Caroline Bélanger, Guillaume Gauthier, Gabrielle Côté, Alexandre Bergeron, Marie-Hélène Bélanger et Jérémie Pratte (Interprétation, 2014)
    Photo : Maxime Côté

  • Tour virtuel (2013)

    Sur la photo : Gabriel Tsampalieros (Scénographie, 1998) et Xavier Mary (étudiant en Scénographie)
    Vidéo et montage : Michael Slobodian (2013)

  • La Beauté du monde

    La Beauté du monde d'Olivier Sylvestre (Écriture dramatique, 2011), dans une mise en scène de Gill Champagne
    Décor, costumes et accessoires Joëlle Péloquin (Scénographie, 2012); éclairages Jérémie Boucher (Production, 2012)
    Sur la photo : Maxime Mailloux, Jean-François Pronovost et Patricia Larivière (Interprétation, 2012)
    Spectacle de la promotion 2012. Photo : Maxime Côté

  • Arctic Ocean

    Arctic Ocean de Jill Connell (Playwriting, 2011), mise en scène Denise Clarke
    Décor et costumes Jenna McCutchen (Scénographie, 2011); éclairages Rachel Dawn Woods (Production, 2011 - programme anglophone). Sur la photo (premier plan) : Philip Nozuka (Acting, 2011)
    Spectacle de la promotion 2011 de la section anglaise. Photo : Maxime Côté

  • Le Clown

    Le Clown de Mathieu Héroux (Écriture dramatique, 2012), mise en scène Jacques Laroche
    Décor et accessoires Ann Simard (Scénographie, 2013); costumes Laurence Mongeau (Scénographie, 2010); éclairages Thomas Payette (Production, 2013). Sur la photo : Laurence Régnier et Félix Léveillé (Interprétation, 2013)
    Spectacle de la promotion 2013. Photo : Maxime Côté

  • Prod

    Portes ouvertes (2011)
    Sur la photo : Frédérique Folly (Production, 2014) et Geoffrey Simon Brown (Playwriting, 2014)
    Photo : Maxime Côté

  • Portes ouvertes 2012

    Portes ouvertes (2012)
    Conception scénographique Gabrielle Bossé-Beal (Scénographie, 2012)
    Sur la photo : Pierre-Antoine Pellerin et Rosine Chouinard-Chauveau (étudiants en Interprétation) et Léa Alexandra Robertson (étudiante en Scénographie)
    Photo : Maxime Côté

  • Acting

    Classe de mouvement de Rebecca Harper
    Sur la photo (premier plan): Alyx Melone et Julie Trépanier (Acting, 2013)
    Photo : Maxime Côté

Portrait

Partager

Depuis 1960, l’École nationale de théâtre (ÉNT) est reconnue comme incontournable pour qui veut faire carrière comme auteur dramatique, metteur en scène, comédien, scénographe ou professionnel de la production. Unique, l’ÉNT offre des programmes de formation de haut niveau dans tous les métiers du théâtre, tant en anglais qu’en français. Quantité de ses 2 000 diplômés figurent parmi les artistes et les concepteurs les plus actifs et polyvalents au Canada.

Cliquez ici pour en savoir plus sur la mission, la vision et les priorités de l'École nationale de théâtre.

L’École nationale de théâtre du Canada offre aux acteurs, metteurs en scène, concepteurs, auteurs dramatiques, spécialistes de la production et autres artistes une formation d’une qualité incomparable afin de créer des œuvres qui font la différence.

Quelques chiffres éloquents – année scolaire 2016-2017 :
(Tous programmes confondus, sections anglaise et française)

Lire la suiteFermer

Étudiants inscrits à la rentrée 2016 :

169


Candidats acceptés en 1re année :

55


Candidats aux concours d'entrée :

809


Formateurs :

plus de 260 artistes professionnels actifs


Provenance des étudiants :

10 provinces canadiennes, France, Suisse, Brésil, etc.


Voici ce qui fait de l’École nationale de théâtre un chef de file dans la formation des professionnels en théâtre :

1. De petites cohortes, de 2 à 12 étudiants selon les programmes, qui permettent un enseignement en grande partie individualisé;

2. Une formation assurée en majorité par des professionnels reconnus et actifs dans le milieu théâtral; les étudiants nouent ainsi des contacts privilégiés avec plus de 260 professionnels qui façonnent les arts de la scène aujourd'hui;

3. Une formation pratique de haut niveau misant sur l'interdépendance des métiers du théâtre; les étudiants travaillent en étroite collaboration avec leurs pairs des autres programmes, augmentant ainsi leur polyvalence, leur réseau de contacts et leur valeur aux yeux de la profession;

4. Des campus situés à Montréal, en plein cœur des quartiers culturels, le Plateau Mont-Royal et le Quartier des spectacles;

5. Les ateliers (décor, costumes) et les scènes de niveau professionnel du Monument-National pour produire et présenter les spectacles de finissants; les étudiants ont notamment accès au grand plateau de la Salle Ludger-Duvernay, un terrain d'expérimentation unique;

6. Le TEC (Théâtre et engagement communautaire), un programme de financement qui soutient des projets de création et de diffusion novateurs initiés par les étudiants et récents diplômés;

7. Des bourses de l'ÉNT, des prix d'excellence et un fond d'urgence répondant aux besoins financiers de nos étudiants et leur permettant de se consacrer à la maîtrise de leur art; les étudiants ont également accès aux différents régimes gouvernementaux de prêts et bourses.

Lire plus en détail les points forts de l’ÉNT

Quantité des quelque 2 000 diplômés de l’ÉNT s’illustrent parmi les artistes et les concepteurs les plus importants du Canada. Ils mènent une carrière prolifique à la scène, au cinéma, à la télévision, à la radio, à l’opéra, au cirque ou encore en littérature, et jouissent d’une solide réputation, ici, en Amérique du Nord, en Europe et ailleurs dans le monde. Leur polyvalence et le succès qu’ils remportent attestent de la qualité de l’enseignement de l’École.

Nos diplômés obtiennent chaque année de nombreux prix et distinctions, preuve de la reconnaissance du milieu professionnel.

À titre d’exemple :

  • Fanny Britt (Écriture dramatique, 2001), auteure dramatique, traductrice, romancière, scénariste (théâtre, littérature jeunesse, cinéma)
  • Marilyn Castonguay (Interprétation, 2010), comédienne (théâtre, cinéma, télévision)
  • Jasmine Catudal (Scénographie, 2003), scénographe, directrice artistique (membre fondateur du festival OFFTA, codirectrice artistique de l’Usine C, Montréal, QC)
  • Guillaume Corbeil (Écriture dramatique, 2012), auteur dramatique, romancier, biographe, musicien (théâtre, littérature; membre fondateur du groupe Gustafson)
  • René Richard Cyr (Interprétation, 1980), comédien, directeur artistique, metteur en scène (théâtre, cirque, opéra, cinéma, télévision)
  • Roy Dupuis (Interprétation, 1986), comédien (théâtre, cinéma, télévision)
  • Élise Guilbault (Interprétation, 1985), comédienne (théâtre, cinéma, télévision)
  • Glen Charles Landry (Scénographie, 1998), scénographe, auteur dramatique (théâtre, cinéma, télévision)
  • Michel Lemieux (Production, 1979), concepteur, scénographe, compositeur, réalisateur, metteur en scène (théâtre, danse, multimédia)
  • Didier Lucien (Interprétation, 1994), comédien, mime, animateur (théâtre, cinéma, télévision)
  • Ann-Marie Macdonald (Acting, 1980), comédienne, auteure dramatique, romancière, animatrice (théâtre, littérature, télévision)
  • Irène Mahé (Mise en scène, 1985), comédienne, auteure et metteure en scène (théâtre; directrice du Théâtre du Grand Cercle, théâtre jeune public, Winnipeg, MB)
  • Benoît McGinnis (Interprétation, 2001), comédien (théâtre, cinéma, télévision)
  • Wajdi Mouawad (Interprétation, 1991), comédien, auteur dramatique, romancier, directeur artistique, metteur en scène (théâtre, littérature; membre fondateur Abé Carré Cé Carré, Québec, et Au Carré de l’Hypoténuse, France)
  • Serge Postigo (Interprétation, 1993), comédien, metteur en scène, directeur artistique, animateur (théâtre, comédie musicale, cinéma, télévision)
  • Sébastien Ricard (Interprétation, 1998), comédien, chanteur (théâtre, cinéma, télévision; membre fondateur du groupe Loco Locass)
  • Guy Simard (Production, 1975), concepteur d’éclairages, consultant en scénographie, directeur et administrateur de compagnies artistiques (théâtre, opéra, musée, éclairage architectural)
  • Anne-Marie White (Mise en scène, 2003), metteure en scène (théâtre; directrice artistique et générale du Théâtre du Trillium, Ottawa, ON)

Pour y avoir été étudiant il y a un peu plus de vingt ans, et y avoir connu des années magiques de rencontres dans la création tous azimuts, pour y avoir créé mes premiers spectacles professionnels, et pour y avoir enseigné par la suite, je sais à quel point les travaux et les jours qui s'y passent peuvent se révéler matière et source d'émerveillement.
DOMINIC CHAMPAGNE (Écriture dramatique, 1987) - Auteur, metteur en scène et directeur artistique du Théâtre il va sans dire

Rencontres. Encore aujourd'hui, c'est le mot qui résume le mieux mon passage à l'École. Rencontre de camarades de classe avec qui j'ai tout partagé. Rencontre de professeurs qui m'ont transmis leur passion. Rencontre d'acteurs, scénographes, auteurs, alors étudiants comme moi, maintenant personnages actifs de la vie théâtrale. Rencontre des metteurs en scène qui m'ont donné ma première chance.
MARIE-HÉLÈNE DUFORT (Production, 2001) - Assistante à la mise en scène, régisseure et directrice de production

Ce que l'École nationale de théâtre du Canada a de plus formidable, c'est qu'elle ne formate pas. Son caractère protéiforme lui confère le pouvoir d'offrir aux étudiants les éléments essentiels de liberté et de confrontation qui font que ceux-ci sont ensuite à même de se former, de se mettre eux-mêmes au monde, à partir des ressources incommensurables qu'offre l'ENT.
CHRISTIAN LAPOINTE (Mise en scène, 2005) - Auteur, metteur en scène, comédien et directeur artistique du Théâtre Péril (Québec) et codirecteur artistique du Théâtre Blanc (Québec)

Pour moi, l’École nationale de théâtre, c’est la liberté. L’École m’a permis de grandir et découvrir ma vie d’adulte sans jugement, sans censure. J’ai fait des rencontres mémorables et des découvertes marquantes sur le plan du travail d’acteur, l’apprentissage de l’histoire du théâtre et de la littérature. Je sais que celui que je suis aujourd’hui est le résultat de cette grande ouverture que j’ai vécu à l’École.
BENOÎT MCGINNIS (Interprétation, 2001) - comédien

La formation que j'ai reçue à l'École a été si intense, si engageante que, 30 ans plus tard, elle est toujours un repère précieux dans mon processus de création. On m'y a enseigné qu'il ne faut craindre ni le doute ni le travail. C'est dans ce terreau que se cultive mon imaginaire.
GINETTE NOISEUX (Scénographie, 1980) - Scénographe et directrice artistique du Théâtre ESPACE GO (Montréal)