Cercle consultatif autochtone

À propos du Cercle consultatif autochtone

Le Cercle consultatif autochtone a été formé à l’École nationale de théâtre (ÉNT) au printemps 2021. Il est composé d’un groupe diversifié d’artistes autochtones et d’ancien.ne.s étudiant.e.s de l’ÉNT. L’objectif du Cercle consiste à influencer et à renforcer les méthodes pédagogiques de l’École en y intégrant une vision autochtone du monde, ainsi qu’à offrir aux sections anglaise et française des occasions de se réunir grâce aux pratiques artistiques autochtones.

Les membres du Cercle contribuent à l'élaboration de politiques inclusives, à la formulation de recommandations en matière de gouvernance, au développement de la communauté des étudiant.e.s d'ascendance autochtone, et à la sensibilisation des employé.e.s et enseignant.e.s de l'ÉNT. Ainsi, le Cercle souhaite non seulement faire mieux connaître et apprécier le riche univers des arts de la scène autochtones, mais aussi aider les étudiant.e.s à avoir une meilleure compréhension d’eux-mêmes et d’elles-mêmes en tant qu’artistes. 

Rapport et plan d'action

En septembre 2022, le Cercle a publié son Rapport sur la présence et l'influence autochtones à l'École nationale de théâtre du Canada. Le Cercle a rédigé ce rapport pour examiner toutes les relations éducatives entre les Premiers Peuples et l’ÉNT. Des entrevues ont été réalisées avec des étudiant.e.s et professeur.e.s autochtones ainsi qu’avec des artistes autochtones en résidence au sujet de leur relation avec l’École. Ce projet est en lien direct avec le concept de « sept générations », qui précise que les nations et les personnes doivent penser aux sept générations qui les précèdent et aux sept qui suivront avant d’agir. Ce principe permet d’honorer les gens qui étaient là avant nous et, à mesure que nous autochtonisons les espaces, de garantir la survie des générations à venir. Consulter le rapport.

De plus, le comité exécutif de l'École, en collaboration avec le Cercle consultatif autochtone, a créé un Plan d'action pour bâtir une relation forte et saine entre l'ÉNT et la communauté autochtone. Consulter le Plan d'action.

Les activités du Cercle

Cérémonie de bienvenue annuelle – Ohèn:ton Karihwatéhkwen

En 2021, le Cercle a mis en place une tradition annuelle consistant à entamer chaque année scolaire par une cérémonie de bienvenue (Ohèn:ton Karihwatéhkwen, ce qui signifie « allocution de l’Action de grâce ») menée par un.e Aîné.e de la nation Kanien’kehá:ka, dont les membres sont reconnus comme les gardiens des terres et des eaux sur lesquelles nous nous réunissons aujourd’hui. Cette cérémonie vise à accueillir l’ensemble des élèves des sections française et anglaise. Il s’agit d’une manière de rapprocher et de rassembler la communauté étudiante, ainsi que d’une occasion de mieux comprendre l’histoire de la région.

Table ronde « Appropriation vs. Appreciation »

En février 2022, le Cercle a organisé une table ronde sur l’intégration du savoir traditionnel autochtone dans la pratique des arts. Alors que nous nous efforçons d’établir des relations respectueuses entre les peuples autochtones et allochtones, nous devons encourager le dialogue et la réflexion sur la création d’œuvres qui reflètent les méthodes pédagogiques des Premiers Peuples et les visions autochtones du monde. Asa Benally, Violet Ford, Dave Jenniss et Marion Newman ont pris part à cette discussion animée par Floydd Ricketts.

Ateliers avec des artistes autochtones

Tout au long de l’année, le Cercle organise plusieurs ateliers avec des artistes autochtones contemporain.e.s afin de faire connaître les pratiques artistiques autochtones aux élèves de l’ÉNT et de leur offrir une éducation artistique bien équilibrée. Parmi les ateliers à venir:

24-26 novembre 2022 - Richard Scott Moore est originaire de la nation Yuin en Australie. Il porte les chants traditionnels qui ont été transmis par sa lignée depuis des milliers d'années. Il a fait le tour du monde pour partager des chansons, des histoires et des danses avec tous les élèves, quelle que soit leur origine. 

Mars 2023 - Yvonne Chartrand donnera un atelier de gigue traditionnelle métisse. Yvonne est une chorégraphe et une danseuse contemporaine ainsi qu'un maître gigueur métis primé à l'échelle nationale. Ses ancêtres sont originaires de la communauté métisse de Saint-Laurent, au Manitoba. Sa compagnie V'ni Dansi crée des œuvres de danse originales. 

Membres du Cercle

Jani Lauzon, coprésidente du Cercle consultatif autochtone

Jani Lauzon est une artiste multidisciplinaire d’origine métisse. Elle a été neuf fois finaliste pour le prix Dora en tant qu’actrice, metteuse en scène et auteure, et a obtenu trois nominations aux prix Juno en tant qu’auteure-compositrice-interprète. En plus d’être une actrice de cinéma primée, Jani a remporté un prix Gemini pour son travail de marionnettiste, ainsi qu’un prix comme metteuse en scène dans le cadre des Toronto Theatre Critics’ Awards. Sa compagnie Paper Canoe Projects produit ses propres œuvres, notamment la pièce primée Prophecy Fog ainsi que I Call myself Princess et A Side of Dreams. Elle a perfectionné ses compétences en tant que directrice artistique du Centre for Indigenous Theatre et a travaillé longuement à l’élaboration d’une pédagogie pour la formation des acteurs basée sur la formation interdisciplinaire et la communication circulaire.

Soleil Launière, coprésidente du Cercle consultatif autochtone

Innue originaire de Mashteuiatsh sur les rives du lac pekuakami, Soleil Launière (Artiste autochtone en résidence, 2020) vit et oeuvre à Tiöhtià:ke (Montréal). Artiste multidisciplinaire alliant le chant, le mouvement et le théâtre tout en passant par l’art performance, elle a participé à de nombreuses créations. Elle entremêle la présence du corps bispirituel et l’audiovisuel expérimental tout en s’inspirant de la cosmogonie et l’esprit sacré des animaux du monde innu. Elle exprime en actes une pensée sur les silences et les langages qui font évoluer l’art action, pas seulement autochtone mais de manière universelle.

Simon Riverin

Innu originaire de Pessamit (Côte-Nord), Simon Riverin (Artiste autochtone en résidence, 2024) est établi à Montréal depuis 2014. Il œuvre dans le monde de l’art depuis 2017 en tant que technicien du son, créateur musical et concepteur sonore. Créateur de musique pour la maison de production autochtone Yändata`, il collabore également avec diverses compagnies autochtones sises à Montréal, telles Production Menuentakuan avec Charles Bender et Marco Collin, Productions Onishka d’Émilie Monnet, ainsi qu’avec Natasha Kanapé Fontaine dans le cadre de son projet interdisciplinaire Tshishkushkueu. Il participe également au projet Them Voices de Lara Kramer.

Barry Bilinsky

Barry Bilinsky (Artiste autochtone en résidence, 2024) est un professionnel de théâtre multidisciplinaire d'origine métisse, crie et ukrainienne. Basé en Alberta, il a travaillé comme metteur en scène, commissaire, artiste de la scène, régisseur et directeur technique de production à travers le Canada avec des projets centrés principalement sur la prolifération des arts, des artistes et des collaborations autochtones. Barry s'engage à développer des créations honnêtes, respectueuses et délibérément compatissantes qui remettent en question les hypothèses culturelles primordiales présentes dans la communauté des arts de la scène.

James Viveiros

James Viveiros (Artiste en résidence indépendante, 2023) est un artiste de performance interdisciplinaire d'ascendance mixte crie, métisse et portugaise dont la carrière s'étend sur plus de 25 ans, notamment en tant que danseur de la Compagnie Marie Chouinard. Depuis l'obtention de son diplôme des programmes de théâtre musical et de danse de l'Université Grant MacEwan de l'Alberta en 1998, James s'est produit dans une gamme d'œuvres chorégraphiques dans des festivals et des théâtres à travers le monde. En 2016, avec le soutien du Conseil des arts et des lettres du Québec, James s'est rendu à Tel Aviv, en Israël, pour étudier avec la Batsheva Dance Company sous la direction d'Ohad Naharin et est devenu un professeur certifié Gaga. En plus de créer et de collaborer avec des artistes à travers le Canada, James voyage fréquemment pour partager sa passion et son expertise du mouvement dans diverses institutions scolaires, universitaires et artistiques.

Jimmy Blais

Né à Montréal, où il a grandi, Jimmy Blais (Artiste autochtone en résidence, 2019) est diplômé du programme d’interprétation théâtrale de l’Université Concordia. Il a à son actif une vaste expérience en tant qu’acteur de théâtre et de cinéma. Il poursuit sa carrière professionnelle depuis plus de 10 ans, notamment au sein de compagnies théâtrales comme le Stratford Festival, le Théâtre Centaur, Geordie Productions, Porte Parole et La Licorne. Il a tenu des rôles dans des séries télévisées et des films diffusés par HBO Canada, le Discovery Channel, CBC et Space, et il a figuré à plusieurs reprises dans des courts métrages primés. Le rôle le plus célèbre de Jimmy au petit écran est celui de Watio dans la série à succès d’APTN Mohawk Girls. Jimmy est aussi scénariste, réalisateur, mentor et coach. Pendant plusieurs années, il a été artiste invité et professeur associé à l’Université Concordia ainsi que mentor au sein du programme de mentorat artistique du Black Theatre Workshop. En 2016, il a été l’artiste autochtone en résidence de l’expédition de Students On Ice dans l’Arctique. Il a aussi été artiste autochtone en résidence à l’École nationale de théâtre du Canada, où il a passé 18 mois à se concentrer sur la création et l’écriture dramatique. Sa pièce Sonny’s Way a été présentée au festival Weesageechak Begins to Dance de Native Earth à Toronto en novembre 2019.

Émilie Monnet

Au croisement entre le théâtre, la performance et les arts médiatiques, la pratique d'Émilie Monnet (Artiste autochtone en résidence, 2022) privilégie les processus de création collaboratifs, et ses œuvres sont le plus souvent présentées sous forme de théâtre interdisciplinaire ou d'installations immersives. À l'automne 2018, elle débutait sa résidence d'artiste de trois ans au Centre du Théâtre d'Aujourd'hui avec Okinum, et y présentera Kiciweok: lexique de 13 mots autochtones qui donnent un sens en décembre prochain. This Time Will Be Different, co­ créée avec Lara Kramer, était présentée au FTA en juin dernier puis à Edimbourg en août. Émilie est d'origine anishinaabe (algonquine) et française et a grandi en Outaouais et en Bretagne. Elle vit actuellement à Tiohtià:ke/Mooniyaang/Montréal.

Rebecca Cuddy

La mezzo-soprano métisse Rebecca Cuddy (Artiste autochtone en résidence, 2022) est bien connue dans le monde de l’opéra canadien. Elle et ses collègues ont été nommés deux fois aux prix Dora pour la prestation exceptionnelle d’un ensemble, prix qu’ils ont remporté pour Two Odysseys: Pimootewin and Gállábártnit (Soundstreams). Parmi les récents faits marquants de sa carrière, citons son rôle de La Métisse dans la première mondiale de Riel: Heart of the North avec l’Orchestre symphonique de Regina; son rôle de Kwe dans la première mondiale de Shanawdithit (Tapestry Opera/Opera on the Avalon); son rôle de Mercédès (et de doublure de Carmen) dans Carmen, et son rôle de Dreitte Dame dans Die Zauberflöte. Rebecca a un intérêt marqué pour la musique et les relations autochtones, ainsi que pour la composition contemporaine. Elle est extrêmement fière de collaborer à de nombreuses productions, et notamment d’avoir fait partie de six nouvelles productions d’opéra autochtones au cours des trois dernières années. Rebecca a obtenu sa maîtrise en chant et opéra à la Royal Academy of Music de Londres en 2017 et son B. Mus. en interprétation vocale à l’Université Western en 2015. L’incroyable Claudiu Stoia lui a par ailleurs enseigné.

Sylvia Cloutier

Sylvia Cloutier (Artiste autochtone en résidence, 2020) est originaire de Kuujjuaq, au Nunavik, dans le Nord-du-Québec. Mère de famille, artiste de scène, réalisatrice et metteuse en scène, elle est bien connue pour ses interprétations de la danse du tambour et ses chants de gorge. Elle a collaboré avec une multitude d’artistes du monde entier, dont Think of One (Belgique), Tafelmusik (ensemble de musique baroque établi à Toronto), DJ Geronimo Inutiq (Montréal) et l’Orchestre du Centre National des Arts lorsque celui-ci a visité Iqaluit en 2012. « La présence d’artistes autochtones ici, à l’École, est vraiment importante. Lorsque nous affirmons notre présence par les arts, cela crée des liens entre nous, en tant qu’êtres humains. Et je crois que c’est là tout l’intérêt de la chose. »

Wahsontí:io Kirby

Artiste kanien’kehà:ka, Wahsontí:io Kirby (Acting, 2020) est membre de la nation mohawk de Kahnawà:ke. Wahsontí:io croit fermement en l’exploration de l’autochtonisation et de la décolonisation des arts de la scène, particulièrement du théâtre et de l’interprétation. Wahsontí:io a grandi au milieu des cultures kanien’kehà:ka et haudenosaunee et a étudié dans des écoles d’immersion kanien’kehà:ka (mohawk) pendant toute son enfance, ce qui lui a permis d’apprendre à danser et à chanter dans les pow-wow avec des tambours à main, des tambours à eau et des hochets. Au cours de sa formation à l’ÉNT, Wahsontí:io a étudié avec des enseignants comme Quincy Armorer (Full Play Study), David Latham (Neutral Mask), Ian Watson (Shakespeare) et Jackie Maxwell (Chekhov), en plus d’avoir joué dans des productions comme Burning Vision (Mike Payette). En dehors de l’ÉNT, Wahsontí:io a travaillé avec Red Sky Productions au film Mistatim et avec le Geordie Theatre pour la tournée 2Play lors de la saison 2020-2021. En plus de l’interprétation, Wahsontí:io aime s’adonner au perlage et passer du temps avec sa famille et sa communauté.

Débutez votre inscription à l'ÉNT !

Découvrez l'expérience ÉNT avec la cohorte de finissant.e.s de 2021 lors de toutes leurs années d'étude à l'ÉNT !

Faites votre inscription dès maintenant